Au cœur du Vivant

Un instant avec… Le babouin de Guinée

Entrevue avec le babouin de Guinée, primate de la famille des cercopithécidés.
Le patriarche nous autorisant l’entrée dans sa tribu, rencontre avec des codes, de la tradition et du modernisme.

Bonjour et merci encore pour cet accès à votre tribu.
Vous avoir en face permettra de lever le voile sur bien des interrogations !

C’est tout ce que j’espère.
Comme mon âge est avancé, la sagesse c’est d’en dire un maximum pour que mes semblales soient mieux compris et respectés, après moi.

Y a-t-il beaucoup d’Hommes qui passent par ici ? Ou est-ce une exception que vous avez accordé à Et Dieu créa la Terre ?Babouins Guinée 1

En fait nous suscitons beaucoup d’intérêts ces derniers temps, donc oui vous êtes nombreux.
Une troupe d’humains s’est installée pas loin et nous observe. Ils m’ont annoncé qu’ils choisissaient ma tribu pour une meilleure compréhension des mœurs de mon espèce : nous les babouins de Guinée. On nous appelle aussi Papio Papio.
Il y a 4 autres espèces de babouins  que vous pourrez rencontrer : Le babouin chacma, le babouin cynocéphale, le babouin olive, et le babouin hamadryas.

Le lieu par excellence pour vous croiser est donc ici en Guinée, d’où votre nom je suppose ?

PapioC’est vrai c’est le nom que nous portons, mais notre aire de répartition s’étend sur la Guinée, le Sénégal, la Gambie, le sud de la Mauritanie et l’ouest du Mali.
On aime les steppes et savanes arbustives parce qu’on marche assez. Les grands arbres nous sont principalement utiles pour dormir, et pour les jeux de nos petits.

Le babouin de Guinée est désigné comme le plus petit des babouins, avec environ 75 cm et 19 kg pour les mâles. N’êtes-vous pas un peu les souffre-douleurs, vu les sérieux prédateurs que vous êtes amenés à croiser au sein de cette arène ?

Babouins Guinée 2

Nous sommes parfaitement conscients de nos points faibles, c’est pourquoi nous nous déplaçons de manière stratégique. On avance en formation disciplinée.
En fait sur les flancs, il y a les mâles dominants qui protègent. Au centre, ce sont les jeunes et les femelles avec leurs petits, qui restent agrippés à la fourrure de leur poitrine s’il s’agit de nouveau-nés. Les mâles de classes inférieures ouvrent et ferment la marche, prêts à donner l’alarme.
Toute la pérennité de la tribu repose sur l’efficacité des mâles dominants.

Vous parlez de classes « inférieures » et « supérieures ». Ça paraît plutôt péjoratif… Pouvez-vous expliciter ?

La hiérarchisation dans nos tribus n’exclut en rien l’estime de l’autre, car nous dissocions l’être de la fonction. Vous savez mieux que moi qu’il n’y a rien de bon qui se fait sans organisation.
Chez nous, aucun mâle ne naît dominant. En fait il le devient par le biais des victoires dans les combats, révélant par là sa vigueur qui serait un atout pour la tribu ; et par son aptitude à mettre les autres mâles de son côté, à former des alliances avec eux. Il force l’effacement de ses rivaux.
Les affrontements entre mâles sont très fréquents. Parfois, il arrive que des mâles d’habitude soumis, lancent des défis aux dominants. C’est à leur risque et périls car le prix à payer pour le perdant est lourd : il peut être chassé, blessé ou même tué !
La tâche du mâle dominant est grande, comme je viens de le dire. Mais les avantages sont à la hauteur. Il a presque toujours la priorité lorsqu’il s’agit d’aborder une femelle en chaleur, et donc plus de chances que les autres de s’assurer une progéniture. Il dispose des perchoirs les plus confortables pour dormir dans les arbres et de la meilleure nourriture. Ça vaut vraiment la peine.

Waouh… Si vous êtes considéré comme le patriarche, on imagine le nombre d’épreuves et de soulèvements que vous avez dû confronter ! Et vous êtes toujours là !
Comment sont les relations entre les femelles ?

Il y a moins de pression pour elles parce que leur statut ne dépend que de leur maturité sexuelle et du cycle de reproduction.Papio2 Tant qu’elles sont trop jeunes pour se reproduire, elles vivent en marge de la société et n’ont aucun pouvoir.
Le postérieur de celles qui entrent en période de reproduction devient très rouges et gonflés. Elles prennent alors le pas sur leurs compagnes.
Contrairement aux mâles, les femelles ne quittent pas la tribu.

Comment vivez-vous cette proximité nouvelle avec la troupe d’hommes que vous évoquiez ?

Pour tout vous dire, il y a des jours avec et des jours sans…
Nous apprécions le fait qu’ils nous soulagent pour la recherche de vivres, mais je vois tous les autres cadeaux d’un mauvais œil.
Livres à lire, casque audio avec des bruits venu d’ailleurs, cadeaux de Noël… Tout ça c’est pas de chez nous et c’est pas pour nous ! Mon petit mâle par exemple, passe de moins en moins de temps avec nous et il délaisse ses camarades de jeux. Il est complètement accaparé par tous les gadgets qu’ils lui proposent. Il perd de vue ce que nous lui avons appris et qui est essentiel.
Nos jeunes sont entrain de changer, je le sens et je me soucie pour l’avenir des tribus. Je crie au Ciel pour qu’ils se ressaisissent !

C’est assez surprenant d’apprendre que vous recevez des cadeaux de Noël, car le but premier de cette fête est de célébrer la venue sur la terre d’un Dieu Créateur, en tant que simple Homme.
On imagine ce genre d’histoire loin de votre monde.
Vous y-croyez ?

Arrêtez de vouloir que nous soyons comme vous. Que j’y crois ou pas n’a aucune importance, car si ce Dieu Créateur S’est bien fait Homme, c’est pour vous les Hommes qu’Il l’a fait. C’est votre affaire.

Très bien.
J’ai vu que vous recevez beaucoup de paille. Pourquoi spécialement de la paille ?!

En fait c’est juste de l’enrichissement qui a pour but d’améliorer notre bien-être en nous incitant à plus d’exercice physique et d’activités cognitives.
D’ailleurs sur le plan de la santé, bon nombre d’entre nous souffrent de troubles chroniques et progressifs de la fonction visuelle. C’est  la  « dystrophie rétinienne ». Ce sont eux qui nous l’ont dit. J’espère que leur présence ici sera au moins une solution à ce problème.

À mon avis, vous recevrez sans doute des traitements mais c’est sûre qu’il y aura toujours des cas parmi vous, puisqu’il s’agit d’une maladie héréditaire.
Cet échange touche à sa fin, merci encore pour votre temps.

Vous reviendrez nous voir !

 


Sources
eur-lex.europa.eu 
Larousse.fr
seaworld.org
pratique.fr
Crédit
Clichés perso.

You Might Also Like

Pas de commentaire

Laisser un commentaire