Au cœur du Vivant L'actuel essentiel Pour/Plein les yeux

Sur le dos de Victor

L’aigle Victor en plein vol au-dessus des montagnes alpines. Crédit : Eagle Wings Foundation/Chopard/Reuters. 

Montée d’adrénaline et paysages hors du commun ! Voilà les impressions laissées par les images du programme Alpine Eagle Tour : faire voler un aigle muni d’une caméra sur cinq jours, à travers cinq pays alpins. Le but ? Émouvoir, inciter le public à développer une nouvelle conscience environnementale et le sensibiliser sur les conséquences du réchauffement climatique.

Mission périlleuse

Victor, l’aigle explorateur âgé de neuf ans achevait sa tournée le 8 octobre dernier en France. Le rapace équipé d’une caméra 360 a survolé les hauteurs des grands glaciers d’Allemagne, d’Autriche, de Suisse et d’Italie. Il a conclu son périple à l’Aiguille du Midi, à Chamonix. Les images ramenées bouleversent par leur force et témoignent de la fonte des glaces en Europe. « Je trouve que la nature vue par la nature, cela a quand même une autre gueule ! », déclarait lors de la mission à Chamonix Jacques-Olivier Travers, fauconnier de Victor et cinéaste engagé pour la conservation animale. « Voir un aigle qui est en train de filmer un glacier qui est en train de mourir sous nos yeux parce qu’on ne voit plus que de la roche, ça, je suis sûre que ça va les toucher. C’est là-dessus qu’on compte, c’est cette émotion que crée la vision de l’aigle », a-t-il ajouté.

 Commun accord

L’association Eagle Wings Foundation, à l’initiative du projet Alpine Eagle Tour rassemble des acteurs majeurs dans la protection des Alpes : la Freedom Conservation, une association qui travaille et milite pour la protection des oiseaux, le fauconnier Jacques-Olivier Travers ainsi que la photojournaliste Nomi Baumgartl. « Il s’agit de rendre hommage à notre planète et à sa beauté, mais également de documenter les changements induits par l’homme qu’elle a subis », a expliqué la photographe. Les aigles pêcheurs tel que Victor ont quitté la France il y a plus de deux cents ans. Jacques Olivier Travers travaille avec patience pour leur réintroduction en France mais tous ses efforts sont réduits à néant par le réchauffement des températures. « La fonte des glaciers va relâcher un maximum de pollution dans l’eau, changer complètement la température de l’eau et tout cela va changer la ressource alimentaire de nos aigles. Protéger les aigles, c’est mon métier, mais si je ne protège pas l’environnement qu’il y a autour, ça ne sert à rien… », a affirmé le fauconnier engagé.

Audrey Yemo

Corvatsch, Suisse.

You Might Also Like