L'actuel essentiel

Paris Athlé 2020 : efforts et frustrations

Le Suédois Armand Duplantis détient le record du monde du saut à la perche. Il a franchi les 6,18 mètres le 15 février 2020 à Glasgow au Royaume-Uni. Crédit photo : Icon Sport.

Lancer du marteau, saut à la perche, saut en hauteur, course 400 mètres… Une saison sportive, athlétique, compromise par le coronavirus.

La santé avant tout

 Le Comité d’Organisation Paris Athlé 2020 et la Fédération Française d’Athlétisme (FFA), ont décidé d’annuler les 25es Championnats d’Europe d’athlétisme programmées du 25 au 30 août prochain. Le contexte actuel de crise sanitaire à l’échelle internationale a convaincu les organisateurs de ne pas reporter l’événement. « On a tout essayé. On a travaillé dur comme fer pour, à tout prix, faire ces Championnats d’Europe et offrir quelque chose d’intéressant en fin de saison aux athlètes qui sont dans une situation compliquée. On espérait tous que la situation puisse s’améliorer rapidement, malheureusement, ce n’est pas le cas », a soutenu Jean Gracia, le patron du comité d’organisation. Les conditions requises pour prévenir la santé des athlètes, des spectateurs, des populations accréditées et garantir « l’intégrité physique des athlètes en manque de préparation » ne pourront pas être réunis à temps pour assurer les compétitions. « On s’est battu pour maintenir l’événement mais ce n’est que du sport et cela ne vaut pas de prendre le risque de contaminer des personnes supplémentaires », a évalué Jean Gracia.

Intérêts budgétaires

La FFA et le comité d’organisation estiment à plus de 2 millions d’euros le budget des mesures sanitaires à prendre. Ce coût s’additionne à l’investissement pour l’événement : 17 millions d’euros. Par mesure de prudence et par anticipation d’un éventuel déficit, le collège organisateur ne sortira plus de son porte-monnaie les finances nécessaires au Championnat d’Europe d’athlétisme. « Notre enjeu est de garantir la santé, de contribuer à contenir la crise sanitaire qui frappe notre pays mais aussi de sécuriser le modèle économique de la fédération, notamment en cas d’une éventuelle année blanche », a précisé le patron du comité d’organisation.

Audrey Yemo

Lire plus