« Homme, femme ou neutre ». Vous avez dit « contradiction » ?

Il y a des sujets sur lesquels on ne peut pas être d’avis neutre.

Le verdict a été donné en Australie et en Inde, respectivement le mercredi 2 avril 2014 et le mardi 15 avril 2014 : la justice dans ces deux états a décidé qu’une personne pouvait être reconnue par l’État civil comme étant de « genre neutre » . Au genre féminin et masculin, s’ajoute donc dans ces états un troisième genre, le genre neutre, ni masculin ni féminin. Cette catégorie étant réservée aux personnes transgenres.

J’ai été interpellée lorsque j’ai appris cela.
Oui, je me suis interrogée. Mes interrogations ne se sont pas portées sur les personnes qui se revendiquent comme étant du genre neutre, et qui, je le crois doivent traverser des moments très difficiles et douloureux devant cette incompréhension de soi-même et la confusion profonde qui en résulte. Elles ne se sont pas non plus portées sur l’intersexualité, qui représente un sujet à considérer avec la plus grande délicatesse. Mes interrogations se sont portées sur les solutions proposées.
Est-ce une solution efficace et durable pour que ces personnes trouvent l’acceptation, l’amour et la réconciliation avec elles-mêmes, que de nier de manière effronté l’évidence de la réalité biologique ?

En cette heure, le genre « neutre » n’est pas reconnue en France mais la théorie du genre a déjà fait son entrée dans les écoles et les livres pour enfants.les genres
Elle énonce simplement qu’un être humain vient au monde avec un corps d’homme ou de femme, et c’est presque sans importance… Car s’est à lui de choisir s’ il est homme ou femme ! Je cite «on peut naître fille dans un corps de garçon et inversement ». Cette théorie n’est-elle pas un préambule à la reconnaissance du genre « neutre ? ».
Déployer toute cette énergie pour chercher à gommer de la conscience collective le fait qu’il y ait bien des caractéristiques propres à l’homme et à la femme, apportera-t-il à ces personnes le bien-être et la paix intérieure qu’elles recherchent ?

La réponse à la question de l’Origine de l’Homme est-elle une affaire de tendance ?
Aujourd’hui on décide que l’Homme vient de Homo habilis, qui était sexué si mes souvenirs sont bons. Demain ça ne plaît plus, on balaie tout et on décide qu’il n’y a plus d’intérêt à s’attarder sur la question car de toutes les façons on peut modifier le schéma corporel comme bon nous semble, oui on fait ce qui nous plaît !
Jusqu’à quand essaiera t-on de nous faire avaler des pieuvres et des couleuvres ? Sommes-nous en route pour une humanité humanoïde ?

À l’heure où les fondements sont ébranlés, où les couacs se succèdent, où les réponses balancées à la foule sur la question de l’identité sont aussi instables et incertaines qu’une aiguille de manomètre, où ce qui est exactitude aujourd’hui sera considéré comme ringarde et obsolète demain, il est plus que de bon sens de se lancer dans une recherche personnelle de la vérité.

One Reply to “« Homme, femme ou neutre ». Vous avez dit « contradiction » ?

  1. Bonjour,

    ce que vous racontez dans cet article est complètement faux. On pourrait résumer vos lacunes par votre phrase, que je cite ici : « En cette heure, le genre « neutre » n’est pas reconnue en France mais la théorie du genre a déjà fait son entrée dans les écoles et les livres pour enfants ».
    Vous parler de « la théorie du genre ». Eh bien je suis navrée de vous le dire, mais « la théorie du genre », cela n’existe pas. Ce qui existe en réalité, ce sont « des études sur le genre » (gender studies) qui produisent « des théories sur le genre ». Vous remarqueriez si vous aviez étudié le sujet qu’il n’y a pas une théorie unifiée mais plusieurs théories. Bref, que les gender studies produisent des résultats multiples et contrastés, et non une théorie unifiée qui pourrait servir de base. Les études de genre sont un domaine des sciences humaines qui produit des résultats falsifiables : ce n’est donc pas une secte possédant une unique doctrine. De ce fait, dire que « la théorie du genre a déjà fait son entrée dans les écoles et les livres pour enfants » est totalement faux, car « la théorie du genre » n’existe pas.
    Il y aurait de nombreuses autres critiques à formuler sur votre article, notamment votre apparente croyance dans une si grande différence entre garçon et fille ou votre incompréhension totale de la différence entre sexe et genre. Mais je me limiterais à ce commentaire, en espérant vous faire réaliser votre profonde méconnaissance du sujet que vous voulez traiter.

    Cordialement,

    A. BAPTISTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.