Au cœur du Vivant L'actuel essentiel

En brève #2

Oliviers d’Italie contaminés par la bactérie tueuse Xylella fastidiosa. Crédit : Charles Onians.

Mort dans les oliviers. La deuxième conférence scientifique sur la bactérie Xylella fastidiosa, la « tueuse d’oliviers », se tiendra à Ajaccio (Corse) du 29 au 31 octobre 2019. Les participants discuteront des récentes découvertes biologiques, épidémiologiques, des méthodes de détection et de surveillance du germe. Depuis 2013, La sous-espèce « pauca » a décimé plus de 1,5 million d’oliviers dans les Pouilles, en Italie. Un olivier multicentenaire du jardin luxuriant du palais de Carnolès, l’ancienne résidence d’été des comtes Grimaldi à Menton (Alpes-Maritimes), fut arraché le 10 septembre dernier en raison de son infection découverte. « Ce parc faisait l’objet d’une surveillance intensive, visuelle, chaque mois, avec des prélèvements tous les trimestres », a précisé Laurent Lasne, directeur général de la direction de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt (DRAF) pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA).

Les manifestants de Paris Animaux Zoopolis (PAZ) protestait le 7 octobre dernier contre les conditions de vie des animaux de la ménagerie du Jardin des plantes, et pour sa fermeture. La pétition lancée par l’organisation compte près de 50 000 « signatures ». Crédit : Élodie Soulié.

Revendications. L’association PAZ militait mercredi 16 octobre devant l’entrée du Jardin des plantes à Paris pour la fermeture de sa ménagerie créer en 1974. « Ici, tout le monde a une histoire personnelle avec la ménagerie, y a été enfant, en classe ou en famille, Le public y vient de bonne foi mais pour nous, les zoos historiques des centres-villes présentent les pires conditions pour les animaux », déclare Amandine Sanvisens, présidente de PAZ. Bruno David, président du Museum national d’histoire naturelle attire l’attention sur le premier objectif du zoo du Jardin des plantes : préserver les espèces et sensibiliser le public. « On est dans une trajectoire historique où les relations de l’homme avec l’animal changent. Il y a longtemps que nous nous sommes engagés dans un programme pour faire partir les plus gros animaux, et, pour ceux qui restent, nous procédons à de nombreux aménagements d’enclos », affirme Bruno David.

Audrey Yemo

 

You Might Also Like