Faits divers L'actuel essentiel

Brasier à Rouen

La fumée « noire » surplombe l’agglomération rouennaise. La présence d’hydrocarbures la rend « forcément anxiogène » mais sans toxicité prononcée, d’après le Préfet de Normandie ce jeudi 29 septembre. Crédit : Sud-Ouest Eco.

L’usine Lubrizol située à 3 km du centre-ville de Rouen a pris feu la nuit du 26 septembre 2019. La manufacture appartient à la catégorie Seveso seuil haut : Niveau de surveillance élevé en raison des matières premières utilisées. Près de 200 pompiers se mobilisent pour éteindre cet incendie « complexe techniquement », selon le préfet de Normandie, Pierre-André Durand. « Une série d’explosions a rendu la progression des pompiers délicate, ainsi que des nappes de liquides enflammés progressant comme une coulée de lave [] Les sapeurs-pompiers pataugent dans trois ou quatre centimètres d’hydrocarbure. Ce type de feu ne s’éteint pas qu’avec de l’eau, il faut mettre de l’émulseur, un tapis de mousse », a rapporté Jean-Yves Lagalle, responsable des pompiers de Seine-Maritime.

 

Premier bilan

 

L’incendie n’a fait aucune victime. La préfecture de Rouen recommande aux habitants de « limiter les déplacements non indispensables ». Selon le Préfet, au sujet des fumées noires dominant l’agglomération : « Les premières analyses n’ont pas fait apparaître de toxicité aiguë sur les principales molécules que nous suivons, ce qui est plutôt rassurant. » Il préconise d’envisager un risque de pollution de la Seine « par débordement des bassins de rétention ».

Audrey Yemo

 

You Might Also Like